Recherchez sur ce blog

vendredi 20 janvier 2017

Digitalisation du recrutement, pour quoi faire ?


Il n'est pas question de digitaliser des process RH pour céder à une mode, pour soigner l'image de l'entreprise ou pour répondre aux besoins de technologie des générations nouvelles. Les nouvelles manières de faire les choses proposées par la digitalisation doivent servir, avant tout, le bien être au travail. Elles sont au service de l'Homme. Digitaliser le recrutement c'est favoriser et initialiser, dès les premiers contacts, des liens de confiance au sein de l'entreprise.


La confiance : définition


La confiance en autrui, c'est une qualité de la relation. Cette qualité est liée à la croyance que l'on a dans le soutien indéfectible que l'autre nous apportera dans les épreuves à traverser (l'autre est ici l'entreprise comme le collaborateur). Cette qualité de la relation entraine le fait que l'on s'ouvre à l'autre sans aucune crainte ni calcul : on lui confie des choses personnelles, on lui demande conseil, on l'entraine dans des projets (cf. l'ouvrage de F. Reichheld, L’effet loyauté, Dunod, 1996). Ses réponses et sa présence sont toujours un réconfort, une source de réflexion et ceci affirme et réconforte le lien de confiance. Le lien de confiance s'auto alimente ainsi dans un cercle vertueux et crée de la cohésion et de la solidarité.

La confiance faite à autrui repose donc sur des principes personnels comme : 
  • il se soucie de mon bien être, 
  • il sait faire des efforts pour me comprendre et m'aider,
  • quoiqu'il arrive, il sera là pour m'aider,
  • ...
En retour, cette confiance faite à autrui alimente un sentiment de reconnaissance qui génère des règles de conduite telles que :
  • je dois lui montrer que je reconnais et que je suis sensible à ses attentions,
  • je dois moi aussi faire des efforts pour me montrer digne de sa confiance,
  • je dois moi aussi faire des efforts pour le comprendre et l'aider,
  • ... 
C'est dans cet aller-retour que le lien se renforce et que la solidarité et la cohésion entre les deux personnes se construit.

La confiance est nécessaire au travail collectif performant


En entreprise, dans une équipe, sans confiance réciproque les uns dans les autres et dans le manager, pas de travail collectif performant. En effet, les relations manquent de stabilité et de points de repères fixes et positifs. Imagine-t-on une collaboration fructueuse qui repose sur la suspicion, la crainte de mauvais coups ou la surveillance inquiète des comportements de l'autre ? La confiance partagée, on le sait, fait la force des groupes de travail performants car elle est à la source, comme nous l'avons vu, de la cohésion et de l'entraide solidaire. Une telle confiance partagée crée une dynamique interne positive et la bonne ambiance.

La digitalisation du recrutement : une offre de relation de confiance 


Dans un processus de recrutement digitalisé, l'entreprise va d'abord au devant du futur collaborateur et lui propose de choisir sa venue en fonction de son intérêt pour ce qu'on, lui propose. 

En effet, dans ce recrutement digitalisé, qui remplace un livret d'accueil papier, l'entreprise se présente d'abord, elle met en avant son identité : le PDG est visible dans une courte vidéo qui affirme sa vision de l'entreprise et qui énonce ses valeurs... Le DRH fait une présentation filmée des orientations de la politique RH de l'entreprise et des attentes de l'entreprise en ce qui concerne le poste sur lequel elle recrute. Ce poste est ensuite présenté dans ses missions, les compétences qu'il demande et les relations de travail qui l'entoure. Cette dernière présentation est faite, à travers une vidéo ou une animation, par le manager en charge du futur collaborateur. Avec ces 3 présentations, l'entreprise initialise avec le futur collaborateur une communication positive et franche. Elle dit : "voilà ce que nous sommes et ce que nous attendons... Si cela vous plait, vous pouvez aller plus loin dans une relation possible avec nous". La liberté de choix ainsi laissée est capitale.

Dans les prémisses d'un processus de recrutement digitalisé, l'entreprise va ensuite proposer au futur collaborateur, lorsqu'il est intéressé, de faire un test de pré-sélection pour ses entretiens de recrutement possibles et futurs. 

Là encore l'offre de relation est positive et franche. Le futur collaborateur va passer en ligne un questionnaire qui va lui permettre de savoir s'il rentre bien dans les critères de recrutement de l'entreprise. Le test, passé d'une manière anonyme s'il le désire, lui indiquera les points positifs et les points négatifs qui sont liés à sa possible candidature. Si le test est passé de manière nominative, ses résultats pourront alors servir dans les futurs entretiens de recrutement qu'il pourra avoir. 

L'initialisation de la relation de confiance


Ce qui marque donc ces premières communications de l'entreprise vis-à-vis de ses futurs collaborateurs, c'est la volonté de transparence sur son offre et c'est sa volonté de liberté dans l'engagement personnel laissé au postulant :
  1. L'ensemble de la hiérarchie de l'entreprise s'engage. Elle fait les premiers pas d'un échange loyal.
  2. L'entreprise offre ensuite au postulant un moyen performant de réflexion sur ses compétences à tenir le poste offert. 
Ainsi, la digitalisation du recrutement est d'abord au service des futurs collaborateurs, tout en étant aussi au service de l'entreprise 2.0 qui veut profiter des nouvelles technologies pour recruter autrement et travailler autrement.





Par Alex MUCCHIELLI - Directeur pédagogique et co-fondateur de wearelearning.com




À propos de

Nous sommes une équipe de travail désirant partager ses connaissances, expériences et réflexions en matière de nouvelles modalités d’apprentissage : e-learning, e-learning gamifié, serious game motivant, apprentissage informel…

EdTech , Digital Learning , E-Learning , Serious Game , Gamification

Enregistrer un commentaire

 
Copyright © 2016 We Are Learning