Recherchez sur ce blog

vendredi 3 juin 2016

Une nouvelle génération de formateurs fait son entrée



Pendant que toute une partie des enseignants, des formateurs, des éducateurs et du grand public, s'accroche à la vieille idée, dite de bon sens, que : "sans relations humaines directes, il ne peut pas y avoir de pédagogie valable et performante" ; pendant que toute une partie du monde de l'éducation ricane à l'évocation des e-learning, du blended learning, des MOOC, des serious games, de la gamification, des LMS "avancés"... et attend que cette "mode" se passe ("tout cela finira au placard, comme tant d'innovations techniques") ; pendant tout ce temps là, les formateurs nouvelle génération se forment, se perfectionnent, expérimentent et renouvellent en profondeur la formation professionnelle. Quels sont ces "formateurs nouvelle génération", ces révolutionnaires, nouveaux hussards de la République, qui sont disqualifiés par la masse des bien- pensants ?


Ils gèrent à la fois des connaissances, des expériences et de l'intelligence relationnelle


Ces formateurs nouvelle génération, sont des personnes qui ont des connaissances : un professeur spécialisé, un professionnel chevronné, un éducateur qui a des réussites... Toutes ces personnes ont acquis des connaissances spécialisées, car il n'est pas question de ne pas parler de cela. Ces connaissances, ils ont eu de nombreuses occasions de les mettre en application, ils ont résolu de vraies situations, que ce soient des situations professionnelles ou autres... Autrement dit, ils ont acquis de l'expérience et cette expérience, ils savent la combiner avec leurs connaissances pour résoudre des situations liées à des métiers... Ainsi donc, en plus de leur connaissances, ces formateurs nouvelle génération ont l'expérience de situations problématiques professionnelles : ils ont des compétences de consultants. Par ailleurs et encore, chez eux, connaissance et expérience sont combinées et maximisées par leur l'intelligence relationnelle : ils ont appris sur le terrain les fondamentaux de la communication pédagogique. Ils sont donc performants, car, il est bien évident que les situations de formation comme les formations professionnelles à résoudre sont remplies de problèmes relationnels. Autrement dit leurs savoirs, leurs savoir-faire ne sont jamais déconnectés des mondes professionnels sur lesquels portent leurs formations.

Ils inventent des mises en situations de problèmes métiers


Ces formateurs nouvelle génération, de par leurs expériences, justement, savent inventer des cas, des mises en situation problématiques, des exercices..., fondés sur des problèmes concrets et des objectifs pédagogiques clairs. Ils ne conçoivent pas des "problèmes" ou des "exercices" qui, comme autrefois, étaient artificiels et n'avaient pas d'autres raisons d'exister que de faire s'exercer abstraitement les apprenants. Leurs mises en situation ont du sens pour les apprenants qui y voient tout de suite un intérêt pour des applications réelles, un intérêt évident pour l'exercice d'un métier. Ces apprenants, ils les connaissent à travers une longue fréquentation. Ils connaissent leurs intérêts, les façons dont il faut les prendre, ils connaissent leurs réticences, leurs points faibles et aussi les questions qui leur posent habituellement problème. Autrement dit, ils sont pédagogiquement imaginatifs : ils savent dépasser les contenus des manuels en créant des simulations pédagogiques qui nécessitent, pour être résolues par les apprenants, que les apprentissages visés se fassent.

Ils pensent que les NTIC apportent de véritables opportunités de relance de la formation professionnelle 


Ces formateurs nouvelle génération ne sont pas du tout d'accord avec l'idée que désormais, face à la mise sur le marché "d'ingénieurs multimédia" ou "d'ingénieurs en pédagogie numérique", ils doivent se résoudre à avoir auprès d'eux un rôle "d'expert" en contenu devant répondre aux questions de ces nouveaux maîtres d'œuvre des e-learning. Pour eux, il n'y a pas de digitalisation ou de multimédiatisation pertinente et efficace d'une formation si celui qui maîtrise le contenu et la culture des apprenants et de leurs milieux n'est pas aux manettes. Pour eux, il est évident qu'il est plus facile et plus rapide d'apprendre à maîtriser un logiciel auteur et à se servir d'une plateforme avancée que de maîtriser tout ce qu'ils savent et qui est nécessaire pour penser une formation e-learning. Ils ont parfaitement intégré les dernières découvertes ou redécouvertes de la pédagogie : classe inversée, blended learning, ludification, e-tutorat, social learning... Ils ont testé divers logiciels auteurs, ils savent créer une vidéo interactive, ils savent enregistrer des voix, faire une petite animation... bref, ils n'ont pas peur de la technologie, mieux, ils pensent qu'il y a désormais des outils nouveaux dont le formateur nouvelle génération doit se saisir. Ils savent très bien que ce ne sont pas les outils qui révolutionnent à eux seuls la pédagogie. Ceux qui révolutionnent la pédagogie, ce sont les pédagogues qui savent se servir des nouveaux outils. La maîtrise de ces nouveaux outils, représentent pour eux, une énorme opportunité de créations pédagogiques nouvelles. Autrement dit, ils ont bien conscience que les nouveaux pédagogues, ce sont eux.

Ils ont progressivement défini et investi un nouveau rôle de formateur 


Ces formateurs nouvelle génération savent qu'un des freins essentiels à l'adoption de la digitalisation des formations et des nouvelles formes de pédagogie qui vont avec, c'est la peur des formateurs classiques de perdre leur rôle dominant face aux attentes des apprenants qui attendent, en majorité, de nouvelles formations plus ludiques et utilisant au mieux les NTIC. Pour les formateurs 2.0, le pouvoir n'est plus dans la démonstration de son savoir-faire devant un groupe. Le pouvoir est désormais dans la conception, la réalisation et le pilotage de formations complexes et des outils de leur diffusion, réalisation s'intégrant dans des Académies Numériques. C'est un pouvoir qui est devenu "durable" à travers les réalisations numériques concrètes, définitivement à la disposition des apprenants. C'est un pouvoir qui est devenu généreux à travers l'ouverture des formations en ligne au plus grand nombre. Autrement dit, c'est dans la création et dans les réalisations tangibles qu'ils laissent pour les autres que les formateurs nouvelle génération se réalisent eux-mêmes. 

Conclusion


La numérisation du monde est en marche. Ces effets ne sont pas encore tous visibles. On commence à en parler de ci, de là, le plus souvent pour les déplorer. Les plus créatifs des formateurs et des responsables de formation ont compris que la formation professionnelle, non seulement allait vivre un basculement copernicien, mais qu'elle était une innovation capable de répondre aux attentes des citoyens du 21ème siècle et des besoins d'accroissement des compétences des Hommes, désormais confrontés à des problèmes autrement plus complexes que ceux des siècles précédents.






Par Alex MUCCHIELLI - Directeur pédagogique et co-fondateur de wearelearning.com




À propos de

Nous sommes une équipe de travail désirant partager ses connaissances, expériences et réflexions en matière de nouvelles modalités d’apprentissage : e-learning, e-learning gamifié, serious game motivant, apprentissage informel…

EdTech , Digital Learning , E-Learning , Serious Game , Gamification

Enregistrer un commentaire

 
Copyright © 2016 We Are Learning