Recherchez sur ce blog

vendredi 29 avril 2016

La e-formation ré-enchantera-t-elle le progrès ?



La "révolution numérique" est pour l'instant assez décriée par les économistes : elle n'a que peu de retombées sur la productivité et l'économie réelle, elle détruit des emplois, elle renforce les inégalités et elle crée de l'anxiété chez les populations. Ces effets négatifs ne compenseraient pas le fait qu'elle apporte de nouveaux outils qui permettent à chacun de se cultiver, de se former et d'appréhender autrement le monde. Peut-on espérer que ces mêmes nouveaux outils numériques, utilisés dans de nouvelles formes d'éducation et de formation de masse, relancent le progrès ? 

Les NTIC n'apportent pas réellement de progrès économique

A partir de 1974,
on voit que la révolution numérique
 n'a rien apporté
Le grand théoricien de la "stagnation séculaire" : Robert Gordon (The Rise and Fall of America Growth, 2016), nous explique que toutes les inventions essentielles ont eu lieu dans les années 1870 à 1970. En 1870, nous dit-il, "toutes les maisons étaient totalement isolées. Soixante dix ans plus tard, aux Etats Unis, elles étaient connectées à l'électricité, au gaz, au téléphone, à l'eau courante et aux égouts... Aujourd'hui, les maisons ont seulement une connexion supplémentaire : Internet". Pour lui, les années 1870 à 1970 ont apporté les inventions fondamentales qui ont comblé la plupart des besoins fondamentaux de l'Homme. La révolution numérique, comme le montrent les données économiques, n'a eu que quelques retombées sur la productivité et, ce, pendant une courte décennie : de 1994 à 2004. Cet expert oublie cependant de voir que ce qui est "connecté" de nos jours, ce n'est plus seulement la maison, mais l'Homme lui-même à travers les outils nomades qu'il emmène avec lui partout et avec lesquels il est plongé dans une "réalité augmentée" qui stimule ses facultés mentales. 

Les NTIC nous font rentrer dans le monde nouveau de la connaissance.

Notre dernière remarque est reprise par de nombreux penseurs qui, comme Marc Halévy (L'âge de la connaissance, 2013) affirment que la révolution numérique actuelle impose un changement radical de regard sur les choses du monde : désormais l'esprit, l'intelligence et la connaissance prennent le pas sur l'économique et le politique. Ainsi, "le développement rapide des technologies de l'information et des télécommunications (TIC) a permis à la pensée et aux idées de se libérer des contraintes matérielles lourdes d'antan et, ce faisant, a suscité l'émergence ... du monde des idées autonomes qui ..., commence à s'épanouir pour remettre le monde en marche et bâtir une humanité surpassée". Mais, peut-on être totalement certain qu'un nouveau monde de la connaissance va advenir et que les NTIC et l'Internet sont en train d'apporter -à quasiment toutes les couches de la population- des changements dans les manières de se former et d'accéder aux connaissances et à l'information ?


Les NTIC apportent des problèmes à la société

La révolution numérique
renforce des inégalités déjà flagrantes
A ce point de vue un peu triomphaliste, il faut aussi opposer les remarques de Robert Gordon que nous citions plus haut. Pour lui, le plus économique apportée par la digitalisation repose essentiellement sur les performances des marchés boursiers, sur l'automatisation des emplois, sur l'importance accrue d'une offre de divertissements variés, envahissants et abêtissants : télévision, téléphonie mobile, cinéma, musique, sports... Par ailleurs et surtout, cette économie dite "numérique", accroit les différences des revenus en créant d'énormes écarts. Cette analyse est corroborée par Patrick Artus (directeur de la recherche et des études de Natixis) qui remarque qu'aux Etats Unis, par exemple, "presque toute la croissance depuis vingt cinq ans a été captée par les plus riches. Les 40% d'Américains les moins payés voient leur pouvoir d'achat baisser".

Ajoutons encore une note supplémentaire de pessimisme. Pour Robert Shiller (prix Nobel d'économie en 2013, Marchés de dupes, 2016), cette digitalisation, totalement liée à la mondialisation des phénomènes, génère de l'anxiété dans les populations. En effet, tout le monde voit bien que les machines digitalisées remplacent le travail des Hommes et plus personne ne sait ce qu'il sera capable de faire dans vingt ans. D'ailleurs, les métiers de l'avenir vont demander davantage de formation et de compétences intellectuelles. L'Homme doit se tourner vers la conception des produits et le contrôle de leur fabrication et non plus chercher à réaliser par lui même, puisque des robots sont capables de le remplacer. Les créations d'emplois se feront donc dans des métiers "hautement qualifiés" de différents domaines. Quels sont ceux qui seront capables d'accéder à ces métiers ?

La E-formation sera-t-elle salvatrice ?

Sans réfuter ces analyses, il nous semble pourtant que des conditions d'espérer sont là. C'est à partir de ce que nous voyons et entendons dans les réunions, les expositions, les salons spécialisés, les conférences sur la digitalisation et le e-learning ..., et aussi à partir des demandes des sociétés clientes et des travaux qui nous sont confiés, que nous pouvons avancer les propositions suivantes :
Apprendre partout et
sous de nouvelles formes
  • quasiment tous les décideurs (et même jusque dans l'Administration et l'Education Nationale), sont conscients que la digitalisation des savoirs, portés par des LMS ayant de fonctionnalités spécifiques, et diffusés sur des outils "mobiles", va changer les choses du point de vue de l'acquisition des compétences et de la formation à de nouveaux métiers ;
  • les innovations, la créativité, l'inventivité..., sont des dynamismes fortement présents chez les concepteurs et les réalisateurs des plateformes, des sites dédiés, des outils supports et des différentes formes pédagogiques des e-learning... ;
  • les innovations logicielles sont réelles et apportent des gains d'efficacité et de productivité dans de nombreux domaines. Pour notre part, nous pouvons témoigner que nos propres produits logiciels apportent une valeur ajoutée considérable dans le domaines de la GRH pour laquelle ils sont faits. L'efficacité et la productivité finira bien par se cumuler et donner des résultats globaux ;
  • il y a désormais une vraie appétence des divers publics récipiendaires actuels et potentiels pour tout ce qui est innovation pédagogique. Le numérique a gagné la partie. Il ne fascine plus avec les effets d'attirance forte ou de rejet qu'il a pu avoir ; il attire vraiment et sa maîtrise se développe de plus en plus. 
Pour nous, il en découle que la digitalisation des savoirs et les moyens numériques innovants mis au service de leur diffusion, vont désormais être capables de répondre aux défis qui s'offrent, c'est-à-dire à la nécessité : 
  • d'augmenter le niveau de formation des populations,
  • de former à de nouveaux métiers,
  • de diffuser une vision plus sereine de l'avenir mieux maîtrisé,
  • de diffuser une mentalité fondée sur le développement durable.

En conclusion

C'est à partir de ces apports que pourront apparaître les conditions culturelles rendant possible un nouveau progrès technique pouvant modifier à nouveau en profondeur les modes de vie. On pourra alors relancer la consommation de nouveaux produits, les investissements dans ces nouveaux produits et, donc, l'économie toute entière ainsi que la réduction des inégalités. 

En faisant ce vœux, est-ce que l'on ne fait pas que retrouver les espérances idéologiques que l'on avait au 19ème siècle en parlant de l'école gratuite pour tous ? Sans doute. Mais force est de constater, aussi, que cette éducation de masse a apporté de nombreux bénéfices et fait bouger la société.




Par Alex MUCCHIELLI - Directeur pédagogique et co-fondateur de wearelearning.com





À propos de

Nous sommes une équipe de travail désirant partager ses connaissances, expériences et réflexions en matière de nouvelles modalités d’apprentissage : e-learning, e-learning gamifié, serious game motivant, apprentissage informel…

EdTech , Digital Learning , E-Learning , Serious Game , Gamification

Enregistrer un commentaire

 
Copyright © 2016 We Are Learning