Recherchez sur ce blog

vendredi 4 mars 2016

Vers le blended learning généralisé, modalité plébicitée de la formation



La technologie informatique et le e-learning permettent le "blended learning" ou formation "mixte"

Le blended learning est aussi appelé : "formation mixte". Cette modalité combine, de façons variées, la préparation à distance, l'application en présentiel et le renforcement à distance (après le présentiel).

  • Ce concept innovant est issu des succès de la "classe inversée" (1969) (les élèves apprennent 40% à 50% fois mieux s'ils ont préparé leurs apprentissages en ligne et avant le cours et que le professeur fait, en cours, des applications prenant en compte les avancées de chacun).
  • Il faut savoir que les séminaires présentiels perdent du terrain comparés aux formations blended learning et aux serious game (Étude Cegos 2014). D’ici à 5 ans le rapport d'utilisation se sera complètement inversé et la formation mixte -comportant séminaires présentiels et formation à distance (ante et post présentiel)- sera la modalité de référence.

Les enquêtes montrent que le blended learning est le plus performant des modèles de formation


Performances comparées avec le blended learning



Quelques données de base


On connait les différences de performances liées aux différentes modalités d'apprentissage
  • On sait depuis longtemps que l'on ne retient que 5% de ce qui est dit dans un exposé et que l'on retient 90% de ce que l'on fait tout en en ayant des explications ou des commentaires (cf. le schéma ci-contre.
  • Par ailleurs, les experts de l’Université de Princeton ont développé, à partir d'expérimentations, le modèle 70/20/10, qui dit que l’acquisition des connaissances s’effectue à :
    • 70 % par l’activité et l’expérience, donc en situation ;
    • 20 % par les contacts, les interactions avec les autres ;
    • 10 % par de la formation formelle au sens propre, que ce soit en classe, en atelier ou encore via l’e-learning.

Ainsi, apprend-t-on à faire du vélo, en s’exerçant sur le vélo lui-même et non en lisant un manuel ou en écoutant un spécialiste du vélo.

On sait que la bonne assimilation d'une compétence est largement liée à une sensibilisation préalable
  •  Une étude réalisée, en 2010, par Mack A.Rock démontre qu’avec une sensibilisation faite, avant la formation, le taux de rétention des apprenants passe de 6 à 34% 
  •  Cette sensibilisation préalable, c'est justement le principe du "blended learning" (formation qui mixe le e-leaning et le présentiel). Les e-learning suivis avant d'aller en séance présentielle d'application améliorent considérablement les apprentissages.
Par ailleurs, le "mobil learning", lié aux usages des tablettes et des Smartphones est un nouveau vecteur de motivation pour la formation

De nouvelles habitudes d'information sont nées.
On peut faire profiter la formation.
  • Les tablettes tactiles et les Smartphones attirent les cadres des entreprises, déjà avides d'outils technologiques. Leur utilisation est en moyenne de 2 h 40 par jour, avec 6 prises en main (étude OTO Research). 
  • Ce support est, en lui-même, un nouveau vecteur de motivation dont les entreprises peuvent se servir pour la formation professionnelle de leurs managers. Ces outils technologiques concrétisent d’ailleurs quelques valeurs fondamentales de notre temps comme la liberté, l'individualité et la facilité.


Dans le blended learning, les performances du séminaire présentiel sont démultipliées par la préparation à distance.



Le séminaire présentiel de formation met en jeu des processus cognitifs d'apprentissage variés



Les exposés théoriques permettant la mémorisation (1) sont, dès le départ, des occasions de débats (analyse et évaluation). Le "social learning" est déjà présent puisque des participants apportent aux autres leurs expériences.

  • Les exposés théoriques (compréhension, application, création), débouchent sur des travaux en sous-groupes (2). L'intégration des acquisitions se fait essentiellement dans ces moments. La force pédagogique des discussions est bien utilisée.
  • Les travaux des sous-groupes sont analysés et commentés en grand groupe (3). 

Le blended learning renforce les performances pédagogiques du séminaire présentiel

Le schéma ci-contre montre l'utilisation du mixage du présentiel et du e-learning.



  • En 1, une préparation théorique se fait à distance. Elle utilise les atouts motivationnels du e-learning : mobile learning, éléments pédagogiques variés (tests, exercices interactifs, vidéos interactives, cours multimédia, serious game...), gamification, e-tutorat, blog et social learning...
  • En 2, c'est le séminaire présentiel. Il a été préparé par les e-learning précédents et par les échanges qu'il y a eu avec le formateur sur un blog et préparé par les questions posées sur l'espace d'échange du social learning. Le formateur apporte des compléments d'information et anime les débats entre les participants. 
  • En 3, le formateur organise les mises en pratiques : exercices, jeux de rôles, simulations diverses, applications concrètes... On retrouve là aussi une des étapes classiques du séminaire présentiel. Cette étape est importante du fait qu'elle permet l'adaptation à la culture de l'entreprise des informations théoriques précédemment apprises.
  • En 4, nous retrouvons les compte-rendu en grand groupe et les phases d'évaluation et d'analyse et aussi de mémorisation complémentaire. Il ne faut pas oublier qu'à tout moment, en grand groupe comme en sous-groupe, les participants peuvent utiliser les éléments pédagogiques e-learning mis à leur disposition. Avec la technologie moderne, c'est comme s'ils avaient, en permanence, accès à leur "manuel". Il est évident que cette utilisation -en situation d'utilisation- de la recherche de la bonne information ou de la bonne façon de faire, est pédagogiquement très performante.
  • En 5, nous voyons qu'une étape pédagogique supplémentaire a été introduite par rapport au séminaire présentiel. De retour dans son poste de travail, le participant peut continuer à approfondir sa formation. Il peut faire cela de plusieurs manières : en revenant sur des e-learning toujours accessibles ; en échangeant sur le social learning avec les autres participants ; en posant des questions à son e-tuteur.
  • On peut aussi prévoir une étape 6, dite "de retour d'expérience". Après l'étape 5 d'approfondissement et de mise en situation réelle, une demi-journée ou une journée est organisée pour faire un bilan.

Conclusion

Si le blended learning est plébiscité, c'est donc d'abord pour ses performances pédagogiques rendues possibles par les avancées de l'informatique (formes variées des e-learning disponibles) et de l'Internet (plateformes dédiées à la pédagogie avec des fonctionnalités spécifiques).

Pour les entreprises c'est aussi pour des raisons financières évidentes. En effet, un grand nombre d'entreprises cherchent à réduire les frais de déplacement engendrés par la formation. Ces frais représentent jusqu'à 35% des frais de formation. Il est évidemment plus profitable de réinvestir les sommes économisées dans le développement de la formation.

Lorsque l'on sait que 65% des cadres d'entreprise attendent qu'on leur propose des formations innovantes, on peut se demander pourquoi il existe encore des entreprises qui choisissent des formations présentielles, "à l'ancienne".





Par Alex MUCCHIELLI - Directeur pédagogique et co-fondateur de wearelearning.com



À propos de

Nous sommes une équipe de travail désirant partager ses connaissances, expériences et réflexions en matière de nouvelles modalités d’apprentissage : e-learning, e-learning gamifié, serious game motivant, apprentissage informel…

EdTech , Digital Learning , E-Learning , Serious Game , Gamification

Enregistrer un commentaire

 
Copyright © 2016 We Are Learning